RuneAudio comme lecteur de musique

A l’heure d’une réinstallation de RuneAudio, petit point sur la façon dont je profite de ma bibliothèque musicale numérique.

Commençons par planter le décor. L’intégralité de ma musique est stockée sur mon NAS et accessible via un partage samba. Pour la diffusion du son, je dispose d’une petite chaîne Hifi datant de l’époque du début des lecteurs MP3. Pas de connexion Bluetooth, pas de WiFi, pas de port USB, mais une entrée auxiliaire… et un lecteur cassette ! Pour faire le lien entre les deux composants, j’ai choisi un Raspberry Pi dans sa troisième version afin de disposer du WiFi intégré.

Pour la partie logicielle, j’ai testé différentes projets libres : Pi MusicBox, Volumio et RuneAudio. Les deux dernières solutions se distinguent particulièrement par leur interface et leurs fonctionnalités. Mon choix s’est en définitive porté vers RuneAudio dans sa version 0.4-beta. Version plutôt stable malgré son statut de beta. La recherche est le point noir, et retourne en permanence « undefined ». Le problème est connu, mais n’est pas forcément simple à corriger; d’après ce que j’avais pu lire en parcourant le forum.

Inventaire des composants avant montage (Écran tactile non visible).

Pour profiter au mieux du système, j’ai ajouté un écran tactile au Pi, afin de pouvoir contrôler et afficher la liste de lecture, sans avoir à passer par un autre périphérique externe. Le tout, assemblé dans un support  à charnière bien pratique. Par ailleurs, une application Android simple est disponible afin de piloter RuneAudio à partir de son téléphone sans avoir à passer par l’interface web via un navigateur (à condition d’être connecté sur le même réseau).

Mise en place du Pi.

Après presque deux ans d’utilisation, ce montage me donne entière satisfaction. Pas ou peu de problème jusqu’à ce que j’effectue des modifications de configuration du côté de mon routeur, et que la connexion automatique au WiFi devienne quasi impossible (d’où la réinstallation évoquée au début). Dernièrement, l’ajout d’une alimentation à interrupteur m’évite de devoir accéder à la multiprise pour couper l’alimentation du Pi et rends l’ensemble bien plus pratique. Je ne vais pas préciser ici toutes les fonctionnalités, avantages et inconvénients de RuneAudio, et je vous quitte donc sur une photo en situation.

Du côté du LAN

Après un long week-end de compétition au championnat de France de roller indoor, j’ai profité de la semaine de récupération qui suivait pour commencer à réorganiser mon réseau interne. Une idée que j’avais en tête depuis un moment déjà.

Au niveau de l’existant, je partais donc d’un réseau composé d’un modem-routeur OVH, d’un routeur personnel et de périphériques clients, parmi lesquelles serveur, NAS, téléphone ou encore PC. Mon objectif principal était d’arriver à me passer du matériel du FAI, afin d’exploiter mon routeur au maximum de ses capacités. Il faut préciser que le modem-routeur fournit par OVH, un technicolor TG788v2, n’est pas fantastique. Il fonctionne bien, mais l’interface n’est pas des plus intuitives, l’assignation d’IP fixe côté DHCP est une plaie et je me retrouvais avec un double NAT pas des plus pratiques.

En remplacement du routeur, j’ai donc fait l’acquisition d’un petit modem compatible avec les caractéristiques de ma ligne OVH, à savoir un DM200 de chez Netgear. J’ai configuré ce dernier en mode bridge, pour confier la gestion du réseau à mon routeur. En parallèle, j’ai migré le-dit routeur (un R7000) vers le firmware alternatif AdvancedTomato pour bénéficier de nombreuses nouvelles possibilités de configuration. Il aura fallu quelques heures pour trouver une première configuration satisfaisante, notamment du côté de la redirection de ports qui ne voulait pas fonctionner à cause d’un paramètre particulier de la configuration WAN.

Par la suite, j’ai cherché à configurer le serveur OpenVPN disponible avec Tomato. Après plusieurs essais, j’ai enfin réussi à me connecter au VPN depuis mon téléphone et à écouter avec satisfaction un fichier de musique en provenance de mon NAS. Les fichiers Flac ont malheureusement du mal à passer, la faute au peu de débit montant des connexions internet traditionnelles. Cela permettra au moins d’éviter l’explosion de la consommation de données du forfait mobile. Restait encore le problème de la ligne téléphonique. Après ajout d’un petit boîtier Cisco nommé SPA112 et connexion d’un téléphone sur l’un de ses ports RJ11, le problème était résolu.

Tous ces changements m’ont obligé de ressortir un switch inutilisé pour disposer de plus de ports, pouvoir connecter un Raspberry Pi, et commencer la suite des opérations à savoir : étudier les possibilités offertes par Ansible et par LXC dans leur domaine respectif. Le WakeOnLan figure lui aussi en bonne position sur la liste des choses à tester pour une éventuelle intégration dans l’architecture globale du réseau.

En bref, de nombreuses idées, de nombreuses pistes à explorer et une structure de réseau à valider par l’usage quotidien des prochaines semaines !