Citations [6] – Mr Robot, S01E01

Krista Gordon: What is it about society that disappoints you so much?

Elliot: Oh, I don’t know. Is it that we collectively thought Steve Jobs was a great man, even when we knew he made billions off the backs of children? Or maybe it’s that it feels like all our heroes are counterfeit. The world itself’s just one big hoax. Spamming each other with our running commentary of bullshit masquerading as insight, our social media faking as intimacy. Or is it that we voted for this? Not with our rigged elections, but with our things, our property, our money. I’m not saying anything new. We all know why we do this, not because Hunger Games books make us happy but because we wanna be sedated. Because it’s painful not to pretend, because we’re cowards. F society.

Mr Robot, Saison 1, Épisode 1.

Mr. Robot: Let me tell you why you’re really here. You’re here because you sense something wrong with the world. Something you can’t explain. But, you know it controls you and everyone you care about.

Elliot: What are you talking about?

Mr. Robot: Money. Money hasn’t been real since we got off the gold standard. It’s become virtual. Software. The operating system of our world.

Mr Robot, Saison 1, Épisode 1.

Citations [5] – Arthur C. Clarke

Voilà pourquoi nous devons prendre notre avenir en main. Nous ne pouvons demander aux puissances qui ont créé ce monde miniature de nous protéger contre nos erreurs. Il faut nous comporter dans le Nouvel Éden comme si nos enfants et nous devions y vivre à jamais. Nous portons la responsabilité de faire en sorte que la vie soit agréable en ce lieu tant pour nous que pour nos descendants.
Pour cela, il convient de relever de nombreux défis. Remarquez que je parle de « défis » et non de « problèmes ». La solidarité nous permettra de surmonter cette crise si nous tenons compte des conséquences à long terme de nos actes. Mais si nous ne pensons pas à l’avenir et à nos enfants, nous courons à la catastrophe.
[…]
Étant donné que la plupart des scientifiques pensent que le dérèglement des conditions climatiques constaté au cours des quatre derniers mois est dû à une forte augmentation de la teneur en gaz carbonique et en suies de l’atmosphère, mon gouvernement a présenté des propositions pour les réduire. Malheureusement, toutes ses suggestions ont été rejetées par le Sénat.
La suppression progressive des cheminées – qui n’ont ici qu’un rôle de pur agrément – a été qualifiée d’« atteinte aux libertés individuelles ». Le projet de réimplantation d’une partie du réseau de C.G. pour compenser le déboisement de certains secteurs de la forêt de Sherwood et de la campagne a connu le même sort. Pourquoi? L’opposition estime que l’énergie requise pour alimenter ces convertisseurs imposeraient à la population des privations intolérables.
Mesdames et messieurs, il est ridicule de nous voiler la face et d’espérer que notre écosystème retrouvera par miracle son équilibre. Reporter à plus tard la mise en application de telles mesures nous contraindra à en imposer un jour de bien plus draconiennes. Croire que nous finirons par découvrir comment modifier les logiciels des extraterrestres pour que le système puisse fonctionner correctement malgré la pollution de l’atmosphère est irréaliste. Nous commettons une fois de plus le péché d’orgueil !

Les jardins de Rama, Arthur C. Clarke

Citations [4] – Alain Damasio

Et pour la surveillance quasi exhaustive de nos vies, nos gouvernements, aussitôt pointé du doigt, empoignent le totem d’immunité en hurlant SÉ-CU-RI-TÉ ! SÉ-CU-RI-TÉ ! […] Comme si l’insécurité suprême n’était pas de vivre dans un monde où strictement rien de ce que j’écris, dis et fais ne peut plus être intime ou privé !


En occident, voter est consentir à la dépossession politique. Rien d’autre désormais. Le technocapitalisme seul nous dirige. L’État n’est plus qu’un cabinet d’ingénierie sociale auquel on sous-traite la variable humaine des équations du profit. L’impuissance s’exaspère, l’explosion révolutionnaire serait logique : pourquoi ça tient ? Par quel miracle ?

LA ZONE DU DEDANS
RÉFLEXIONS SUR UNE SOCIÉTÉ SANS AIR
Alain Damasio

Dans

Le Dehors de toute chose d’Alain Damasio
Architecturé par Benjamin Mayet