Devoxx France 2018 – Petite sélection

À la mi-avril avait lieu le Devoxx France à Paris, cycle de conférence sur 3 jours, à destination des développeurs. Voici quelques interventions qui ont retenu mon attention.

Laissez tomber Express, passez à son successeur
Présentation de Koa. Plus léger qu’Express, avec juste le minimum et surtout le support des fonctions async par défaut.

Gagner des super pouvoirs avec le terminal
Petit tour d’horizon sur tout ce qu’il est possible de faire directement dans son terminal (avec les « bons » logiciels).

Attention ! Ne mets pas cette clé tu risques de te faire hacker très fort !
Sur le danger de tout ce qui ressemble à une clé USB et ce qu’il est possible de faire avec un micro-controleur très simple.

T’es plutôt merge ou rebase ?
Petit point sur Git.

Les Tests End to End avec des raspberry pi chez leboncoin
Un impressionnant système de test auto sur mobile, construit de zéro.

Quand une documentation devient un problème et que faire alors
Bonnes pratiques et retour d’expérience sur la gestion d’une documentation.

NodeJS 5 bonnes raisons pour lesquelles vous devriez y jeter un oeil
Introduction à NodeJS et l’environnement JS en 2018.

RxJS Les clefs pour comprendre les observables
Quelques explications sur les observables. Quelques exemples intéressants.

Angular et performances
Optimiser Angular. Nouveautés.

RetourAuxSources Les cookies HTTP
Tous savoir sur les cookies !

The Expanse – Nombreuses différences entre romans et série

Je m’éloigne aujourd’hui des billets techniques dont j’ai davantage l’habitude, pour évoquer la série The Expanse et l’œuvre éponyme dont elle s’inspire.

Après la découverte des saisons 1 et 2 de la série, je me suis tourné vers les ouvrages de James S. A. Corey et j’ai terminé la semaine dernière la lecture du troisième ouvrage La porte d’Abaddon dans sa version française. Après avoir enchaîné les trois ouvrages, et constaté quelques différences notables entre la série et les romans (mais qui m’ont alors semblé minimes ou en tout cas réduites), j’ai démarré le visionnage de la saison 3, en cours de diffusion sur la chaîne Syfy.

Et je dois dire que j’ai pris une claque dès le premier épisode de cette troisième série. Après la lecture des romans, les dissymétries sautent aux yeux et leur nombre explose dans cette dernière saison, après trois épisodes visionnés. L’explication la plus plausible est certainement à chercher du côté de l’annonce de l’annulation de la série sur Syfy, une autre saison restant envisageable chez une autre chaîne. Comme pour toute adaptation, il arrive que la production modifie certains événements, personnages, lieux, etc, mais après plusieurs heures de lecture aux côtés de l’équipage du Rossinante des romans, ce début de saison me laisse un coup amer…

Le Razorback – Vaisseau de course de Julie Mao – Image d’artiste – Source

En vrac, j’ai noté les points suivants (Pour ne pas divulguer des éléments d’histoire aux personnes souhaitant lire les romans ou regarder la série, texte noir sur fond noir à surligner pour lire.) :

  • En empruntant le Razorback, Avasarala et le sergent Draper ne sont pas sauvées par le Rossi suite à l’envoi d’un message de détresse. Avasarala contacte directement Holden.
  • Pas de combat entre le Rossi et un vaisseau UNN pour secourir le Razorback. Le Razorback, poursuivi par des navires des nations-unies rattrape le Rossinante.
  • Avasarala n’est évanouie à son arrivée sur le Rossi.
  • Naomi ne donne pas la proto-molécule à Fred Johnson, c’est l’équipage qui lui confie un échantillon stocké dans un coffre-fort qu’ils n’ont pu forcer.
  • Il n’y a pas de guerre ouverte entre la Terre et Mars. Le conflit a lieu plus tard autour de Io entre « partisans de la proto-molécule » dans le camp de la Terre et les autres (le Rossi, Mars et le reste de la flotte terrienne qui se range derrière Avasarala).
  • Jules-Pierre Mao ne se rends pas sur Io. Il quitte son navire juste après le départ de la Terre.
  • Le personnage d’Anna n’apparaît pas sur Terre, et pas aux côtés du secrétaire général. Elle apparaît beaucoup plus tardivement dans la chronologie. Religieuse, terrienne, elle quitte sa colonie Jupitérienne pour embarquer sur un vaisseau dans le cadre d’une mission de reconnaissance de l’Anneau.
  • La Terre ne détruit pas les bases martiennes de lancement de missiles. La Terre n’est pas touchée par l’un des missiles traversant les défenses planétaires.
  • Avasarala ne dispose pas d’un maître espion à son service. Bobbie remplace l’assistant d’Avasarala à la découverte de la trahison de ce dernier.

Ces quelques points constituent pratiquement l’intégralité des événements des trois premiers épisodes de la saison 3, et pour moi, à ce stade, la série se détache totalement des romans. Tout ceci n’est bien évidemment pas gravissime, mais les lecteurs seront assurément déçus par les choix scénaristiques de cette troisième saison; choix qui les entraîneront bien loin de l’œuvre originale.

Dommage.

[Musique] Luc Arbogast

Luc Arbogast: parcours atypique, musique envoûtante et voix surprenante.

Parcourant la France (et le monde), c’est souvent à proximité des cathédrales que l’on fait la rencontre de cet artiste. Attiré par le chant d’une voix de contreténor, on découvre avec étonnement un grand gaillard entouré de spectateurs captivés.

J’ai pour ma part découvert Luc et sa musique un jour de décembre 2012, à quelques mètres de la cathédrale de Strasbourg et du marché de Noël. Il se tenait là, assis sur son tabouret, une sorte de guitare à la main. Vêtu légèrement en comparaison de l’auditoire emmitouflé avec manteaux, gants, bonnets et écharpes, Luc Arbogast ne semblait pas craindre le froid. Et cela, malgré le vent qui ne manque jamais de souffler devant la cathédrale.

Lien vers la vidéo « Luc Arbogast – La Tendresse – Chateaudun 2013 »