dotfiles, git et rcm

Dans un billet récent sur le thème des dotfiles, j’évoquais ma migration prochaine de stow vers rcm comme programme de gestion de mes fichiers de configuration. C’est désormais chose faite et j’utilise à présent rcm à la place de stow.

Parmi les améliorations notables apportées par rcm, la principale est la possibilité de déployer l’ensemble de mes dotfiles en une commande, et non plus en exécutant une commande stow par dossier, ou programme. Je l’avais évoqué, l’organisation de mon dépôt git a également gagné en clarté, la seule différence étant l’absence de point devant les fichiers ou dossiers à la racine du dépôt.

La migration d’un système vers l’autre s’est déroulé sans grande difficulté. Comme souvent, la première étape consiste à installer le programme. Pour une fois, celui-ci n’est pas disponible par défaut dans les paquets d’Arch Linux. Je passe donc par yaourt pour récupérer le paquet dans le dépôt AUR.

yaourt -S rcm

L’installation du paquet rcm mets à disposition quatre utilitaires: rcup, rcdn, mkrc et lsrc. Je ne rentre pas dans les détails de chacun des programmes; le programme principal à utiliser est rcup, programme responsable de l’installation et de la mise à jour des dotfiles. Avant d’exécuter la commande de déploiement, j’ai commencé par changer la structure de mon dépôt git dans une branche dédiée. Une fois la structure satisfaisante, j’ai fusionné l’ensemble dans la branche master. Avant d’effectuer la fusion, il faut s’assurer de garder un terminal ouvert, car en ouvrir un avant d’avoir effectuer le redéploiement va conduire à l’ouverture d’un terminal non configuré, dans mon cas, ouverture sur l’interface de première configuration de oh my zsh.

Revenons à nos dotfiles. Après fusion de mes branches, tous mes fichiers dotfiles existants sont désormais des liens cassés vers l’ancien emplacement des fichiers. Il est donc plus que temps de rétablir les liens pour coller à la nouvelle structure du dépôt. Pour cela, j’utilise donc rcup avec les paramètres :

  • x pour exclure un fichier
  • d pour spécifier l’emplacement du dossier dotfiles
  • f pour forcer l’installation (supprime le fichier existant et le remplace par un lien vers le fichier dans notre dossier dotfiles).

Ce qui donne donc quelque chose comme cela :

rcup -x README.md -x LICENSE -d /chemin/vers/dossier/dotfiles -f

J’ai eu quelques erreurs à l’exécution, étant donné que stow avait mis en place des liens symboliques directement sur certains répertoires. Les répertoires ayant changé d’emplacement, rcup n’arrive pas à y accéder pour créer le lien symbolique du fichier de configuration dans le dossier.

mkdir: ~/.config/terminator: Input/output error
ln: ~/.config/terminator/config: No such file or directory
mkdir: ~/.zsh: Input/output error
ln: ~/.zsh/keychain.zsh: No such file or directory
mkdir: ~/.zsh: Input/output error
ln: ~/.zsh/security.zsh: No such file or directory

Pour corriger ces erreurs, j’utilise donc unlink pour supprimer les liens symboliques existants et j’exécute une nouvelle fois mon déploiement via rcup.

unlink ~/.config/terminator

Au final, la migration de stow vers rcm m’aura demandé une petite heure environ et n’aura pas présenté de difficulté particulière. Compter également plusieurs dizaines de minutes, quelques heures peut-être, réparties sur plusieurs jours afin de me documenter, de comprendre le fonctionnement des outils et d’arrêter ma décision. La nouvelle structure de mon dépôt dotfiles me convient davantage et je trouve le fonctionnement de rcm plus simple dans son utilisation basique, mais proposant néanmoins des fonctionnalités avancées qu’il me faudra étudier pour éventuellement décider d’en faire usage. Ma préférence va donc à rcm et l’avenir nous dira si mon choix était pertinent. Enfin, il serait malvenu de tirer un trait définitif sur stow, qui doit rester un outil à ma disposition, si un cas d’utilisation adéquat se présente.

Victor

Auteur : Victor

Libriste convaincu, j’administre ce serveur et son domaine et privilégie l'utilisation de logiciels libres au quotidien. Je construis progressivement mon "cloud" personnel service après service pour conserver un certain contrôle sur mes données numériques.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *