Apache, WordPress et redirections

Pour bien commencer l’année 2017, j’ai décidé de remettre le nez dans la configuration Apache du site. Lorsque j’avais installé WordPress pour créer Unicoda en 2012, j’avais renseigné les deux paramètres « Adresse web de WordPress (URL) » et « Adresse web du site (URL) » dans les réglages généraux avec « http://www.unicoda.com ». Du côté de la conf Apache, j’avais indiqué que le serveur répondrai avec le contenu du WordPress pour unicoda.com et www.unicoda.com bien entendu.

Un beau jour, j’ai fini par remarquer qu’en tentant d’accéder au site via unicoda.com, j’étais redirigé vers www.unicoda.com. Cette redirection étant effectuée par WordPress lorsque celui-ci constate que l’url ne correspond pas à l’adresse configurée. Autant vous dire que celle-ci n’était pas des plus rapides. J’ai donc décidé en ce début d’année d’améliorer le processus de redirection en l’effectuant directement au niveau d’Apache.

En modifiant mes fichiers de configuration, j’ai donc ajouté une redirection de unicoda.com vers www.unicoda.com sur les deux protocoles http et https. Désormais, j’ai donc un virtualhost spécifique pour unicoda.com, en lieu et place d’une déclaration comme « ServerAlias » de www.unicoda.com dans un seul fichier de configuration. Le résultat est sans appel puisque la redirection prend désormais 100 ms environ alors qu’elle était de l’ordre de la seconde avant. Si je me base sur un test effectué via gtmetrix, on passe de 2,57 s à 325 ms, presque un facteur 8 (7,9) ! Le gain en rapidité n’est donc pas négligeable.

Pour ce qui est de la redirection http, la configuration est relativement simple :

<VirtualHost *:80>
    ServerName unicoda.com
    Redirect permanent / http://www.unicoda.com
</VirtualHost>

Et enfin, cerise sur le gâteau, l’opération s’est déroulé sans accro après rechargement de la nouvelle configuration par le processus Apache. En  somme, c’est donc une année 2017 qui commence plutôt bien.

Anonyme

Auteur/autrice : Victor

Ingénieur en informatique de formation et de métier, j’administre ce serveur et son domaine et privilégie l'utilisation de logiciels libres au quotidien. Je construis progressivement mon "cloud" personnel service après service pour conserver un certain contrôle sur mes données numériques.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.