Boot natif sur support de stockage USB pour raspberry pi 4 en bêta

Brève information qui mérite d’être mentionnée, puisque qu’une version bêta du boot direct sur un support de stockage USB a été annoncée via le forum de la fondation Raspberry Pi. Espérons que cette fonctionnalité quittera rapidement son statut de version bêta pour trouver sa place sur nos Pi.

Citation [13] – Jashna Kholin

– Ils vont essayer de vous définir par quelque chose que vous n’êtes pas. Ne les laissez pas faire. Je peux être une érudite, une femme, une historienne, une Radieuse – les gens essaieront malgré tout de me classer dans la catégorie même qui fait de moi une étrangère. Ils veulent, ironiquement, la chose que je ne fais pas et que je pense pas être le signe principal de mon identité. J’ai toujours rejeté cette façon de procéder, et continuerai à le faire.

Jasnah Kholin, Les Archives de Roshar, Justicière 1 – Brandon Sanderson

HIIT Timer

Premier semestre 2014. Alors en stage de fin d’étude à Lyon, j’ai pratiqué l’escrime médiévale avec la compagnie des corbeaux et c’est à l’occasion de l’un des entraînements que j’ai découvert une première forme d’entraînement fractionné. En effet, pour terminer l’entraînement, nous avions pris l’habitude d’effectuer une sorte de « circuit d’entraînement » (ou circuit training en anglais), sous la forme d’une série d’exercices physiques à exécuter l’un après l’autre. Cela dans le but de renforcer les corps, bras, poignets et autres muscles et articulations, mis à rude épreuve par le maniement d’un bout de métal allant de 1,5 à 2kg environ, à savoir l’épée. L’enchaînement s’effectuant de la manière suivante: 30 secondes d’exercices, puis 30 secondes de repos, pendant lesquelles nous changions d’atelier.

La découverte du principe d’entraînement fractionnée s’est ensuite prolongée dans mes entraînements de roller de vitesse, cette fois avec l’apparition de séries et de blocs. Enfin plus récemment, j’ai pris connaissance du mode d’entraînement dit « fractionné à haute intensité », souvent plus connu sous son acronyme anglais HIIT pour « High Intensity Interval Training ». Avec la déclaration du confinement et les restrictions liées concernant la pratique des sports, je me suis donc mis en tête d’écrire une application simple permettant de configurer une telle session d’entraînement.

Mon cahier des charges était simple, pouvoir configurer les temps d’exercice, pause, repos, ainsi que le nombre d’intervalles et de blocs. Une fois l’entraînement démarré, fournir un compte à rebours pour chaque étape, avec avertissement sonore pour indiquer la fin de la période. Le tout sous la forme d’un site web disponible en PWA, afin de pouvoir être utilisé sur mobile.

Ce petit projet tourne pour le moment dans un App Engine sur la Google Cloud Platform et j’en ai donc profité pour mettre en place un système bien pratique de déploiement automatique après publication de nouveau code dans le dépôt git.

Par ailleurs, il est dommage que la fonctionnalité « wake lock » ne soit pas encore disponible côté mobile, afin d’empêcher le téléphone de se mettre en veille, après demande d’autorisation auprès de l’utilisateur. Pour éviter que l’écran s’éteigne, il faut alors changer la durée avant mise en veille avant de commencer l’entraînement, ou tapoter l’écran régulièrement à chaque période de repos. J’envisage également de supprimer la période de repos constituant la dernière étape de la séquence; à voir à l’usage.

Trêves de bavardage, vous pouvez découvrir l’outil à l’adresse suivante :

hiit.unicoda.com

Si c’est gratuit…

Comme beaucoup d’entre nous, j’ai vu un jour débarquer cette petite phrase. Petite phrase qui se répète maintenant à tort et à travers dans tout média. « Si c’est gratuit… ». La phrase est accrocheuse, la rime est là, suffisante ce me semble. Et pourtant.

Je crois que ce slogan est sorti de ce que je désignerai par le terme de « milieu libriste », c’est-à-dire des gens soucieux des droits associés à l’utilisation d’un logiciel, qui se préoccupent des conditions d’utilisation d’un service, de ce que l’on fait avec leurs données et par extension, leur vie privée. Je crois que ce slogan était destiné à lutter contre les plateformes, Facebook, Google, Microsoft et autres, pour forcer les gens à réfléchir à ce qu’ils échangent en acceptant d’utiliser un service gratuit, proposé par une multi-nationale côté en bourse et faisant des millions (des milliards) en chiffres d’affaires. Et pourtant.

Et pourtant, je me suis toujours demandé si ce slogan n’est pas contre-productif. « Si c’est gratuit… ». C’est le problème du slogan simple, de la construction logique « si…, alors… ». Car si nous suivons ce que nous propose cette phrase, qu’en est-il alors du logiciel libre, des créations publiées en Creative Commons (pour ne citer qu’elles) ? Mon système d’exploitation est libre… et gratuit, que devrais-je donc en déduire ?

Bref, j’ai toujours trouvé ce slogan bancal et réducteur. Bien sûr, le public averti connaît les problématiques, a écouté au moins une fois la conférence de Stallman et sait bien qu’un logiciel peut être libre et ne pas être gratuit. « Free as in freedom, not as in free beer ». Libre comme dans liberté, pas comme dans bière gratuite.

Que pensera donc une personne à qui on aura rabâché « si c’est gratuit… », et qui, se renseignant sur les alternatives, apprendrait qu’une grande partie sont gratuites (car tenues à bout de bras, au quotidien, par des passionnés) ? Le comble.

« …, c’est toi le produit ! »

Finalement, l’essentiel réside, peut-être, simplement dans la prise de conscience…

YtAutoDark – Publication de la version 2

Youtube ayant mis à jour le code des menus de ses pages, j’ai constaté depuis quelques jours que lorsque mon extension avait terminé d’effectuer l’activation du thème sombre de Youtube, le menu n’était pas fermé automatiquement comme avant.

Après quelques heures à parcourir une nouvelle fois le code HTML du site, je suis parvenu à une nouvelle version qui me semble satisfaisante. Le processus est bien plus lent qu’avant car celui-ci doit attendre le chargement du contenu des menus, arrivé avec le nouveau code de Youtube, ce qui n’était pas totalement nécessaire. J’ai également ralenti un peu l’enchaînement des étapes du processus d’activation du thème sombre, il n’est pas impossible que je le diminue ou le supprime complètement dans les prochaines semaines, une fois que j’aurais l’assurance de la stabilité de cette version.

Côté modification, j’ai également allongé le temps pendant lequel l’extension tente de procéder au changement, celui-ci passe de 10 à 15 secondes, car j’ai constaté des temps de chargement du contenu des menus de plusieurs secondes au moment des tests. Une fois ces 15 secondes écoulées, si le thème sombre n’est pas activé, l’extension repasse sur l’ancienne manière de réaliser l’activation avec une fenêtre de 10 secondes (celle-ci étant toujours fonctionnelle, avec néanmoins le problème cosmétique du menu restant ouvert).

Enfin, dans les modifications non visibles pour l’utilisateur, j’ai ajouté un système de log me permettant de suivre les actions effectuées par l’extension et ainsi de faciliter le débogage en cas de problème. Afin de s’assurer de ne pas conserver les logs activés dans la version publiée de l’extension, j’ai écrit quelques lignes en NodeJs, pour vérifier l’état d’activation des logs et faire échouer l’étape de build si besoin.

La version Chrome a également été mise à jour. Par ailleurs, j’ai constaté par hasard que l’interface Youtube change lorsqu’on navigue en étant connecté avec un compte Google, ce qui n’est pas mon cas, sauf dans mon navigateur professionnel avec mon compte pro. Les menus utilisés par l’extension n’étant pas présent (en tout cas, pas totalement au même endroit), il n’est pas dit que l’extension fonctionne pour les personnes connectées à Youtube. De plus, je me demande si le paramètre du thème n’est pas retenu dans les paramètres liés au compte, dans le cas d’une navigation en mode connecté. Quoi qu’il en soit, ce point n’est pas une priorité pour le moment; j’y jetterais peut-être un œil par curiosité si je décide d’y accorder du temps.

Comme toujours, j’espère que l’extension pourra être utile à ceux qui l’auront installé et qu’elle continuera de fonctionner chez le plus grand nombre, aussi bien qu’elle fonctionne dans mon navigateur. Commentaires et remarques à la suite ou sur Github, et si l’extension vous plaît, 5 petites étoiles sur la page de l’extension font toujours plaisir.