Le temps – partie 1

Et si le temps était plus que de l’argent ?

En 1748, Benjamin Franklin aurait dit à un jeune marchand: « Remember that time is money. », en français « Rappelez-toi que le temps c’est de l’argent. » puis au fil du temps cette phrase est devenue l’adage de tous. Mais en réalité le temps est-il vraiment de l’argent ? Une unité que l’on débourserait dans le but de s’enrichir ? Ou alors le temps serait-il plus que cela ? Une possession individuelle que chaque personne à loisir de dépenser comme bon lui semble sans rendre compte à personne ? En brûlant les étapes et en avançant bien plus loin dans le questionnement, les inégalités de ce monde ne viendraient-elles pas du fait qu’il y ai d’un côté des riches qui profitent du temps des autres du fait de leurs richesses et de l’autre des pauvres obliger de donner de leur temps pour gagner de l’argent pour profiter eux-mêmes du temps des autres ? Là encore il m’est facilement possible de dériver en vous expliquant que de cette chaîne résulte un état d’esprit fortement individualiste, ne permettant plus de donner de son temps sans paraître attendre quelque chose en retour. La vraie beauté d’un geste ne provient-il pas de sa gratuité et du temps qu’on y consacre ? En se basant sur le temps et non sur l’argent, en redonnant sa véritable valeur au temps ne serions-nous pas égaux ? Et si la gestion de cette ressource était le fait de tous nos problèmes; la limite que la nature nous impose, à nous et à nos semblables ? Tant de questions ! Et si peu de « temps » pour y répondre pourrait-on dire pour adoucir l’ambiance et permettre de mieux analyser le temps. Vous l’aurez peut-être compris, je m’attaque à un monument colossal, le temps.

Penchons-nous sur la première question qui nous vient surement tous à l’esprit après cette introduction, qu’est-ce que le temps ?

Le temps. Ça peut être 7°C un Mercredi soir nuageux du mois de février 2015 à 22h39 comme ça peut être, comme le dit fort bien Wikipédia: un concept développé par l’homme pour appréhender le changement dans le monde (ndl: Il me vient à l’esprit après relecture de cet article que l’on pourrait en 2015 définir l’argent pour la majorité des personnes qui nous gouvernent comme précédemment pour le temps). On peut aussi approcher cette notion de temps par son étymologie, le mot temps proviendrait du latin tempus, de la même racine que du grec τεμνεῖν, temnein, couper, qui fait référence à une division du flot du temps en éléments finis. temples (templum) dérive également de cette racine et en est la correspondance spatiale (le templum initial est la division de l’espace du ciel ou du sol en secteurs par les augures). Enfin, « atome » (insécable), du grec ἄτομος (non coupé, indivisible) dérive également de la même racine.

La deuxième question qui nous vient à l’esprit est tout naturellement, qu’est-ce que l’argent ?

L’argent. Wikipédia nous offre la encore diverses étymologies, dont quelques-unes que j’ai sélectionnées :

  • En Assyrie, en Égypte, l’intermédiarat existait, et, aussi, le prêt avec intérêt. Les paysans, manquant de blé, empruntaient des lingots d’or ou d’argent pour s’en procurer ; puis, quand il leur fallait rendre ces lingots, ils vendaient la récolte à perte, naturellement, à des trusteurs qui devinrent peu à peu maîtres du marché. — (Victor Méric, Les Compagnons de l’Escopette, Éditions de l’Épi, Paris, 1930, p. 172).
  • Ressource monétaire sous forme de pièces de monnaie dans ce métal.
  • Les vieilles danses et les jeux marquisiens ayant été supprimées, l’argent que donnaient aux indigènes la récolte du copra et la culture de la vanille ne pouvait leur procurer aucun plaisir. — (Alain Gerbault, À la poursuite du soleil; tome 1 : De New-York à Tahiti, 1929).

À l’argent l’on associe valeur, car bien entendu que serait l’argent sans valeur ? La valeur donnée à l’argent dépend de plusieurs paramètres que l’on peut s’amuser à chercher, comme, la confiance qu’on lui porte, sa disponibilité à travers le monde, le nombre de ses utilisateurs, l’état de ses utilisateurs, sa quantité, etc.

Nous allons maintenant nous secouer les méninges ! Si le temps c’est de l’argent, alors l’argent c’est du temps ? Or l’argent peut être créé, produit ! Or si nous rajoutons de nouveaux billets, comment allons-nous rajouter du temps associé ? Une piste ? Oui bien sûr… l’inflation ! Mais l’inflation n’est autre que la dévaluation de l’argent qui nous a été donné en échange du temps mis en œuvre. Le raisonnement ici est biaisé car un objet d’art a un prix qui représente du temps, qui peut gagner en valeur en laissant passer le temps, beaucoup d’autres contres exemples pourront-être trouvé. Ce qui revient à dire que oui l’argent c’est du temps mais non le temps n’est pas de l’argent, le temps est supérieur à l’argent.

Temps > Argent

Celui qui pense que le temps c’est de l’argent s’attend à pouvoir acheter le temps des autres et si besoin vendre le sien, or celui qui s’enrichit n’est pas celui qui vend son temps mais celui qui vend ses compétences, ses réalisations, le prix alors ne dépendant plus du temps passé mais de la rareté de l’offre. Un chanteur célèbre s’enrichira, un ingénieur brevetant et rendant non copiable ou irremplaçable son invention tant désirée s’enrichira, un artiste célèbre s’enrichira.

 

Cette article est en cours d’écrire, mais laissé à disposition au fil de son écriture à tout lecteur désireux de le lire.

 

 

Les axes d’études suivant pourront/seront abordés:

Au XXIème siècle prenons-nous assez conscience du temps et de sa valeur, j’entends par la sa valeur non-monétaire par opposition à l’étude la valeur monétaire qu’on lui porte.

Le passé, le présent, le futur -> si l’on ne maîtrise pas les 3 on en viendrait à perdre une partie de cette somme qui nous appartient ?

Le dieu horloger ?

La clepsydre

La manière d’utiliser son temps ?

Perdre son temps ?

Il y a un temps pour tout, un temps de pleurer, un temps de rire, un temps à se lamenter et un temps de danser. La Bible, Extrait de l’ecclésiastique.

Les relations sociales -> cette manière de donner de son temps et de son énergie, mettre en opposition les égoïstes et ses antonymes : altruiste, bienfaisant, charitable, désintéressé, galant, généreux, gentil, large, mutuel, officieux, philanthrope.

Bilan, le temps au « fil du temps » à selon mon avis perdu sa valeur « universelle » pour gagner dès 1748 ce sens d’argent, de quelque chose de monnayable, …

Ce que nous pouvons faire pour rendre au temps sa vraie valeur.